Venom : Un peu vilain mais surtout un peu à la bourre…

à moins que vous ayez vécu dans une grotte ces dernières années (ou que vous en foutez royalement du cinéma, ce qui peut marcher aussi), vous n’avez pas pu échapper à l’invasion spectaculaire des films de super-héros. Et marrez-vous, il a une sorte de tendance qui essaie de s’imposer. Il a quelques années, c’était Batman qui était pas mal mis en avant (jeux, film d’animation, films, ect). Et bien ces derniers mois, j’ai l’impression que Marvel essaie de nous imposer le plus possible son héros fétiche, à savoir spiderman. On a droit cette année à un jeu, à un film d’animation ou encore à la mise en chantier de son prochain film qui passera après Avengers 4. Bref spiderman est partout et devinez quoi…. Il va avoir droit même à son propre « Marvel Spiderverse » apparemment. Et ceux qui vont diriger ce projet un peu….couillon je trouve, c’est Sony et sa branche de films.

Alors autant dire, Sony et sa société de films, c’était pas vraiment une nouvelle qui me rassurait. Pour rappel, Sony Pictures Entertainment, c’est les films schtroumpfs, SPECTRE, sos fantômes ou encore les films chair de poule…. Bref, c’était pas très rassurant de base. Et les entendre parler d’un Univers cinématographique, à savoir la tendance que tout les studios essaient de faire après le succès Marvel, c’est pas pour rien que j’ai lâché à mon pote juste à côté de moi pendant la séance lorsque le logo Sony apparaît : « tiens le grand méchant du film est dévoilé au début, c’est original ça ». Surtout que Venom au cinéma est un peu maudit. Pour rappel, Venom; la nemesis de l’homme araignée, le personnage qu’on pense en premier quand on pense « méchant spiderman » (si on connaît un minimum les comics… comme moi hein? je suis pas du tout spécialiste dans ce domaine) a eu une seule apparition au cinéma et…. ca n’a pas eu le succès espéré. Pour rappel, Venom apparaissait en tant que protagoniste final dans le dernier volet de la trilogie Raimi sur le tisseur et semblait avoir été rajouté à la dernière minute sous pression d’un studio qui voulait mettre le personnage pour le dernier film comme le voulait les fans…..Oh attendez, c’est exactement ce qui s’est passé. Autant dire donc que l’arrivée d’un spin-off orienté Venom, projet teasé depuis des années, faisait rêver comme cauchemardé. Et pourtant, nous sommes en 2018 et le symbiote est maintenant sur nos écrans, campé par Tom hardy.

Que raconte donc le film ? Et bien, il s’affranchit de la présence de son héros d’origine pour trouver une origin story presque inédite. On suit donc Eddie Brock, jeune journaliste à Los angeles qui va malheureusement essayer de s’attaquer à Carlton Drake, une sorte d’Elon musk un peu lisse niveau personnalité, qui fait des expériences sur des êtres humains et qui, justement, fait des expériences sur le Symbiote, une sorte de parasite extraterrestre que Drake pense être la clé pour la survie de l’humanité. Malheureusement, Brock va mettre son nez là ou il ne faut pas et devenir l’homme d’un de ces parasite appelé Venom, ce qui va lui donner pas mal de pouvoirs mais aussi pas mal de problèmes. Alors parlons de l’adaptation pour ce Venom qui doit s’affranchir de son passé araignée…. Franchement, je trouve que ca va. Certes, Venom est différent et n’a plus aucun capacité de l’homme araignée, il se limite donc à une force et une agilité accrue ainsi que quelques pouvoirs symbotiques avec la substance élastique et résistante. Mais rien ne m’a spécialement choqué dans le traitement des origines du personnage. Là ou ca fâche, c’est sur les aspects du scénario et du traitement propre du personnage…

Qu’on soit clair, Venom souffre du syndrome « maléfique », à savoir « j’ai un méchant comme personnage principal mais je n’ose pas me mettre à dos le public donc je le rends gentil ». Et c’est malheureusement le cas, certes Venom veut manger de la chair humaine mais il demande gentiment la permission à son hôte, certes il est plus extrême mais n’ose pas lui faire du mal et lui donne des conseils. C’est tout le souci avec Venom : on a plus l’impression de voir un sale gosse dans une cours de récré qu’une vraie créature sanguinaire qui n’a pas grand chose à faire de la vie humaine. Résultat : la confrontation entre le bien et le mal entre Eddie et Venom est assez vide… et le film acheve tout lorsque Venom déclare quand même (SPOILER) qu’il va sauver la terre parce que finalement, eddie lui a montré que les humains sont vachement sympa….alors qu’il a quelques heures, il le traitait encore de mauviette et lui ordonnait de coopérer si il voulait vivre (FIN SPOILER)

Tout cela va de paire avec malheureusement pas mal d’incohérence de scénario donc la principal est quand même la règle du parasitage des symbiote. Parce que si au début, on nous pose rapidement des règles pour préparer le scénario, vers la fin, le film ne les respecte plus pour justement le faire avancer. Et ça a beau être un défaut et une incohérence donc on se doutait à l’avance, ça reste assez regrettable de voir ça… et le souci, c’est que le film est parsemé de ces petits défauts comme par exemple (SPOILER) le faites que Riot le grand méchant du film met 6 mois à aller de la malaisie à los angeles….alors qu’il semble prendre l’avion….. (FIN SPOILER). Après, ce défaut est à relativisé légèrement vu qu’apparemment, le film a eu pas mal de scènes coupés donc il se pourrait que si une director cut arrive, ces défaut soit gommés ou au moins atténués. Mais la question qu’on est en droit de se poser : Est-ce que tout ses défauts empêche le film d’être bien ? Oui…. et non. Qu’on soit clair, Venom n’est pas le pire film super-héros de tout les temps, on l’a comparé à Catwomen de 2004 et…..Non, faut pas déconné, le film de Pitof n’était pas divertissant dans ces scénes d’action, affichait un mauvais goût absolue dans tout ce qu’il essayait et son scénario n’avait rien d’intéressant ni de cohérent, là ou venom arrive à se laisser regarder. Certes, si vous détestez les super héros en général ou que vous trouvez qu’on a vraiment une overdose de ce genre de films, c’est pas tom hardy et son pote alien qui vont changer votre opinion. Mais en tant que divertissement simple, le film saura vous contenter. Après, il faut clairement pas en attendre trop, c’était mon cas, j’y suis allé avec la conviction que ça allait être une bouse infâme et je suis ressorti avec des regrets et des reproches (on m’a d’ailleurs dit que j’étais trop dur avec ce simple film d’action) mais clairement moins déçu que prévu. C’est un film moyen mais loin d’être aussi pourri que vaudrait l’affirmer certains critiques (qui me donne d’ailleurs l’impression d’exprimer un ressentiment négatif plus pour entretenir une crédibilité de cinéphile un poil élitiste que par vrai conviction…ou tout simplement par simple apriori de « super héros donc nul donc pouet pouet »)

Au final, je ne vous dirais de foncer voir Venom à tout prix, il ne révolutionne rien en particulier, a pas mal de défauts qui peut agacer et on aurait pu avoir une version plus violente et intéressante du personnage. Mais si vous cherchez un bon divertissement d’une soirée sans trop vous prendre la tête, vous pouvez éventuellement donner sa chance à la belle dentition numérique de Tom hardy à condition que le genre du super héros ne vous fasse déjà pas trop chier (ce que je ne vous reprocherai au fond pas vraiment). Petit détail sur la fin : La scène post générique qui m’a fait … un peu grincher des dents tant celle est un peu ridicule : (SPOILER) Cletus Kasady qui s’annonce comme antagoniste de la suite et qui m’a taper des bras quand il prends bien son temps pour dire cette réplique ridicule et prévisible « quand je sortirais… ce sera…un carnage…. »………pourri.(FIN SPOILER)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*